COIN DES ORATEURS

July 11, 2018

[CDO] L’ART DE DEVENIR ADULTE


 

Oratrice: Sibylle Rose – Retrouvez ses nouveaux articles sur son nouveau site : www.alaroze.com

 


 

Prélude.

25 ans et toutes mes dents. Je suis diplômée d’un master en Design et j’ai travaillé pendant environ 3 ans dans une entreprise où j’ai pu apprendre et me développer. La base des présentations.

Comme beaucoup de mes amies, je me suis toujours laissée porter par le rythme imposé. Malgré certaines difficultés pendant mon cursus général, j’ai réussi à toujours éviter ce qui me semblait être un aller sans retour: un redoublement ou un changement de filière qui me semblait à cette époque comme sonnant le glas de ma normalité, une exclusion et l’assurance que ma valeur dans la société serait proche de zéro. Autrement dit : que je devenais un échec.

Des années plus tard, le recul du temps aidant, je vois mieux les rouages qui se trouvaient derrière (peur de ne pas être à la hauteur de parents vivants dans leurs têtes, et cette inquiétude beaucoup plus perfide liée à la reproduction sociale, celle d’être exclue de la classe où j’étais née). Tout cela n’était pas joli-joli.

Si je vous parle de cela, c’est pour vous décrire le contexte dans lequel les blocages que j’essaye de démêler tant bien que mal se sont créés. Ces angoisses cachées, qui font leur travail dans l’ombre, ont un impact sur notre vie et sur notre manière de l’aborder.

Un jour, alors que j’avais toujours tout bien respecté, tout suivi à la lettre, que je gagnais un salaire, je me suis retrouvée à ce fameux point où je refrénais mes sanglots dans le métro en route pour le travail. Parfois même j’y cédais, et je me laissais aller à quelques minutes de larmes. Je me sentais piégée dans mon CDI: plus rien ne m’attendait, aucune perspective d’évolution là où je me trouvais, et cette routine pouvant continuer indéfiniment si je ne faisais rien.

Là est l’information importante: si je ne faisais rien.

Après tant d’années à suivre le rythme imposé, j’avais développé une force de frappe dans mon travail, j’avais appris mes limites lors d’études où je m’étais investie jusque dans mes tripes, mais quid de mon instinct ? Quid de ma volonté vis-à-vis de la vie ? J’avais cette sensation d’avoir avancé coûte que coûte sans finalement avoir de base solide, c’est-à-dire sans confiance dans mes choix et mes envies.

Je remarque autour de moi que beaucoup de questions se posent sur nos aspirations. C’est pourquoi j’ai eu envie d’écrire quelques articles sur ce ce changement, qui me forcent à me confronter à des peurs diverses que j’avais jusqu’à présent préféré mettre sous le tapis.

J’ai la sensation de m’être jetée à l’eau alors que je ne sais plus vraiment si j’ai appris à nager au préalable.

Il me semble important de vous parler de ça, de mon expérience pendant qu’elle se déroule alors que plus tard, ma mémoire mettra un filtre positif ou négatif sur tous les souvenirs liés. Mon expérience n’est pas toute rose mais j’ai définitivement décidé d’en faire quelque chose qui me servira. Me poser 30 secondes, faire un petit point tant que je n’ai pas de couteau sous la gorge (je pense à des crédits ou autres obligations financières).

Un an après ces durs mois où je sentais que j’étais sur une pente savonneuse, mon changement vient finalement de commencer. Car évoluer, changer les principes que l’on nous a inculqué depuis notre naissance, cela demande du temps. Et ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Je donne le droit à mon corps et à mon inconscient d’avoir le temps de prendre en compte tous les changements dans lesquels je les amène.

Pour conclure, j’aimerai vous parler dans les articles à venir des différentes transformations que j’ai opéré au fur et à mesure de cette année et comment elles ont de l’importance dans cette recherche polymorphe dans laquelle je me suis lancée. Pour le dire autrement: je vais vous parler de différentes choses qui m’ont permis d’éviter la dépression qui me pendait au nez. ”

PARTAGER CET ARTICLE SUR LES RESEAUX SOCIAUX : 

PARTAGER CET ARTICLE SUR LES RESEAUX SOCIAUX : 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *