ETRE PARENTS, LA VIE

June 21, 2018

L’ART D’ELEVER UN ENFANT DANS DEUX LANGUES

Lorsque Alma est née mon premier réflexe a été de lui parler en anglais. Si vous me connaissez, de près ou de loin, IRL ou via les réseaux, vous savez déjà que je suis franco-britannique et que je suis très fière de ma double-nationalité. Je suis un mix joyeux de contradictions car ces deux pays ont beau être frontaliers, ils n’ont pas grand chose en commun. J’avais déjà décidé au moment de la grossesse que je souhaitais l’élever dans un contexte bilingue mais je ne savais pas si ce souhait se concrétiserait à la naissance.

Un cerveau bilingue est ainsi fait qu’il détermine au premier échange la langue dans laquelle s’effectueront tous les échanges à suivre. On intègre la personne dans un certain schéma de pensée et il est très difficile d’en changer par la suite. Mon père a beau être anglais, nous ne communiquons jamais en anglais ensemble. Ma tante parle un français impeccable mais nous ne communiquons qu’en anglais. Lorsque pour des raisons sociales nous devons changer de schéma, c’est gênant. Nous nous comprenons mais nous perdons toute spontanéité. Je pense que cela est due au fait qu’être élevé bilingue déclenche une sorte de dédoublement de la personnalité (pas au sens pathologique bien sûr) et il est impossible de jouer deux roles à la fois. Un ami proche m’a un jour dis que j’étais beaucoup plus drôle en anglais qu’en français. Si on fait un peu de psychologie de comptoir, on pourrait dire que c’est parce que mes références anglaises sont beaucoup plus drôles (ah, l’humour anglais!) que mes références françaises qui sont plutôt douces et esthétiques. Quoi qu’il en soit, mes premiers mots pour Alma furent en anglais et de là s’est construit une relation qui se déroule exclusivement dans cette langue. Loïc lui parle français et nous espérons qu’elle intégrera ainsi de façon simultanée les deux.

Contexte personnel mis à part, je pense que l’ouverture aux langues est primordiale dès le plus jeune âge. On ne compte plus les études qui le prouvent et difficile d’ignorer l’omniprésence de la langue anglaise dans nos quotidiens. Pour autant une deuxième langue est rarement assimilée à l’école et nombreux sont ceux qui ont des blocages à l’idée de parler une autre langue.

Voici quelques conseils pour intégrer le bilinguisme à la maison, pour vous et pour vos tout-petits :

1. Osez. Que vous soyez vous-même bilingue ou non, vous pouvez avoir peur du regard des autres. Les jugements, amicaux ou non, de vos ami(e)s et de votre famille doivent être – s’il en est – un sacrifice à effectuer pour offrir quelque chose d’extra-ordinaire à votre enfant : l’opportunité d’être compris de tous et de naviguer le monde sans trop de difficulté.

2. Si vous avez des difficultés avec les langues mais que vous comprenez leur valeur ajoutée pour votre enfant, apprenez la ensemble. Votre enfant ne se moquera pas de votre accent et chaque lesson répétée à voix haute formera son oreille à ces nouveaux sons qu’il/elle saura par la suite répéter sans efforts.

3. L’accent, parlons en. J’ai été professeur d’anglais en ligne pendant mes années universitaires et c’est le tout premier conseil que je donnais à mes élèves – quel que soit leur âge ou leur niveau – je les priais de se détendre et de ne pas se focaliser sur l’accentuation. Le plus important dans un échange inter-culturel est que tous deux essaient de communiquer. Se focaliser sur l’accent vous dessert grandement. D’abord parce que tout le monde craque pour un petit accent, et ensuite parce que vous n’aurez pas de médaille si vous ne savez dire que trois mots impeccablement prononcés mais peinez à suivre une conversation.

4. Il est très important quand on apprend une langue (ou quoi que ce soit d’autre d’ailleurs) de rendre l’exercise agréable et naturel. La meilleure façon est de commencer par changer la langue de vos séries. Mettez les en VOSTFR et vous verrez que votre cerveau intégrera bientôt plusieurs mots de vocabulaire par jour.

5. The sooner, the better. Le plus tôt sera le mieux. Une étude a démontré que les bébés intègrent des sons in-utero et que c’est là que se posent les bases du language.

6. Le développement du language se fait différemment lorsqu’un enfant grandit dans un contexte complètement bilingue, c’est à dire qu’il entend deux langues en proportions égales. Sans pouvoir généralisé, il est reconnu que l’enfant parlera plus tardivement, et qu’il n’y aura pas de division claire entre les deux langues les premières années. Il parlera dans les deux langues au sein d’une même phrase, traduisant parfois simultanément ce qu’il voit dans une autre langue ou ponctuant ses phrases avec des mots qui appartiennent à sa deuxième langue. Il ne faut pas paniquer, ce développement est normal et tout rentre dans l’ordre entre 3 et 5 ans.

7. Si vous êtes vraiment motivés sachez que vous pouvez introduire autant de langue que vous voulez à votre petit(e). Loïc est en train d’apprendre l’Italien et il répète ses lessons avec Alma. Nous n’avons pas de désir particulier pour elle d’apprendre la langue mais cela forme son oreille et ça ne peut pas lui faire de mal. Le cerveau d’un enfant est une éponge et il absorbe ainsi tout ce qu’il entend. Il existe des options payantes mais Loïc utilise l’application Duo Linguo. Je m’en suis également servie pour apprendre le Néerlandais et je recommande car les leçons sont courtes et faciles d’accès. Il vous suffit de consacrer 10 minutes par jour et vous vous verrez progresser naturellement.

Vous elevez vos enfants dans une autre langue? Partagez votre histoire avec nous !

PARTAGER CET ARTICLE SUR LES RESEAUX SOCIAUX : 

PARTAGER CET ARTICLE SUR LES RESEAUX SOCIAUX : 

Reply...