ETRE PARENTS, LA VIE

June 14, 2018

L’ART DE SURVIVRE AU POST-PARTUM

 


 

Le post-partum est la phase qui débute à la fin de l’accouchement et dure jusqu’au retour des règles. C’est une période très particulière, un peu comme un quatrième trimestre qui viendrait se greffer à la grossesse car tout comme les trois premiers on se retrouve avec d’intenses changements hormonaux et physiques.

Tous les articles vous le dirons : “toutes les femmes sont différentes” et il n’y a de règles générales pour aucune d’entre nous quand on aborde ces sujets, mais dans un spectre assez large je pense qu’on peut dire qu’après avoir donné naissance on passe toutes par une nouvelle série de tests : la perte impressionnante de sang pendant les quelques jours qui suivent l’accouchement, les sauts d’humeurs et crises de pleurs dignes d’un soap américain rempli d’ados en mal d’amour, les difficultés à uriner et aller à la selle, les montées de lait, la perte de ses cheveux et les changements de peau.

Je n’écris pas tout ça pour effrayer les futurs mamans ou rappeler de mauvais souvenirs aux plus aguerries mais j’aurai personnellement aimé que quelqu’un me prévienne pour pouvoir mieux m’y préparer.

Malheureusement je suis quelqu’un d’hyper sensible. Je ne pense pas que ça se se ressente au premier échange mais j’ai un don d’empathie sur-développé. J’appelle ça un don parce que bien que parfois handicapant je préfère le voir comme quelque chose à célébrer et c’est également grâce à lui que j’écris. Mais cela sous-entend que ma douleur est souvent invivable là où quelqu’un d’autre la ressentirait à peine et que je ressens – littéralement – toute la douleur du monde.

Je pense que si on m’avait parlé ouvertement de toutes ces choses avant la naissance j’aurai eu le temps de m’organiser pour mieux le vivre. Tout aussi important, l’éducation de son partenaire de vie sur ses sujets peuvent vous sortir de bien des moments délicats. Je recommande d’être le plus ouvert ensemble et de ne pas chercher à faire bonne figure autour de lui. Vous venez de vivre un évènement majeur, vous avez le droit de péter les plombs.

Voici quelques conseils pour mieux vivre le post-partum basés sur mon expérience personnelle:

1. Préparez un lieu au rez-de-chaussée, au-cas-où vous ne seriez pas en mesure de monter les escaliers. Rendez le accueillant. Parez le canapé de votre couverture préférée. Ajoutez une tonne d’oreillers. Une bougie qui sent bon à porté de main. Après l’accouchement ce lieu sera sanctuaire. Il vous servira au choix à vous reposer ou à allaiter/donner le biberon. Il faut qu’il soit suffisamment accueillant pour vouloir y passer plusieurs heures par jour et suffisamment comfortable pour que vous puissiez y siester à toute heure du jour et de la nuit.

2. Laissez les autres vous aider. Vous êtes en train de vivre un bouleversement qui affecte tous les aspects de votre vie et de votre corps et il y a un nouveau être qui réclame votre attention 24/7. Déléguez les tâches ménagères. Envoyez vos ami(e)s en cuisine et faire des courses. Demandez à belle-maman (ou beau-papa) de faire une machine.

3. Diviser votre temps équitablement avec papa – si papa peut se le permettre (congé paternité, horaires aménagés.. etc). Les premières nuits vous dormirez relativement peu. Si vous tenez le fort toute seule vous allez vous épuiser et la période post-partum sera d’autant plus longue. Rien ne sert non plus de rester éveillés tous les deux. Vous aurez probablement des créneaux de 2 à 3h entre chaque biberons, prenez le premier puis passer le relais à votre moitié. De cette façon vous pourrez récupérer tous les deux.

4. Ne vous focalisez pas sur l’allaitement. Je pense que l’approche est très différente en France mais toujours dans une optique très nature, les Pays Bas veulent que vous allaitiez, et pour cause : c’est bénéfique pour l’attachement mère-enfant et pour le développement de son système immunitaire car vos anti-corps sont ainsi partagés. Oui, mais. Toutes les femmes n’en sont pas capables. Je le voulais depuis longtemps mais après plusieurs jours d’acharnements je me suis fait à l’idée que je ne pourrai pas et j’ai du gérer en plus du reste une montée de lait qui a transformé ma poitrine en deux montagnes dures et douloureuses remplies d’un lait que je ne pouvais lui donner. Je conseille tout de même d’essayer si vous êtes ouvertes à l’idée car bien qu’un peu douloureux au départ c’est une très belle experience et un beau moment d’échange avec votre enfant mais dans le cas contraire, ne pas le voir comme un échec. Les biberons permettent à papa de prendre le relais sans que vous ayez à pomper votre lait et vous offrira une flexibilité non négligeable.

5. Investissez dans des biberons anti-air. Personne ne veut vivre une période de coliques quand on est épuisé (ou dans notre cas, se retrouver à 3h du matin à faire le tour de la table à manger en courant car c’est la seule chose qui la calme).

6. Dans les cas d’une montée de lait : achetez un chou et mettez le au frigo. Mettez deux feuilles dans votre soutient-gorge et changez toutes les quelques heures pour que votre poitrine reste au froid. Cela devrait éviter que ça ne dégénère. C’est un conseil de la puéricultrice qui est venu s’occuper de moi la semaine qui a suivi l’accouchement. Je lui ai ri au nez. Elle m’en a quand même ramené un et j’étais extrêmement heureuse de le trouver dans mon frigo le premier soir de ma montée. (Toutes mes copines ont reçu un selfie avec ce nouveau soutient-gorge nature du plus bel effet.)

7. J’ai perdu mes cheveux. Des poignées entières. A ça je n’ai qu’un seul mot pour vous: zinc. Prenez un comprimé tous les jours le temps que vos hormones se stabilisent et tout rentrera dans l’ordre. (ah et un deuxième : Destop – les canalisations n’apprécient pas trop non plus le post-partum).

8. This too shall pass. Cet adage se traduit par : “ça aussi, ça passera” (bien moins classe en français malheureusement). Il rappelle le côté éphémère de la vie humaine. Il est important de ne pas trop se focaliser sur les maux du post-partum car ils ne seront bientôt qu’un vague souvenir. Le cerveau est ainsi fait qu’au bout d’à peine 48h vous serez prête à remettre le couvert. Nous sommes fascinantes.

Enfin si comme moi votre post-partum dure 3 mois, prenez votre mal en patience, tout rentre forcement dans l’ordre. Au final bien qu’hyper-sensible et profondément perturbée pendant cette période j’ai quand même trouvé le moyen de faire un road-trip à travers la France de plusieurs milliers de kilomètre mais je vous raconte ça dans un prochain article.

N.B. Si votre retour de couche n’est toujours pas apparu au delà de 3 mois, contactez votre gynécologue/sage-femme. 

PARTAGER CET ARTICLE SUR LES RESEAUX SOCIAUX : 

PARTAGER CET ARTICLE SUR LES RESEAUX SOCIAUX : 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.